Delphin Petit

Delphin Petit : Bienfaiteur et Grand Prix des Arts

(16 novembre 2018 : un Vendredi de Véra Dupuis)

Cette chronique est dédiée à Marie-Josèphe Lussien-Maisonneuve (1943-2018), Archiviste de la SSAAL et rapporteur du grand Prix des Arts Delphin Petit, prix fondé en 1910.

Delphin Petit est né à Lille en 1841 dans une famille lilloise aisée, il vivait de ses rentes et comme souvent en ce milieu du XIX ème siècle les loisirs se transforment en passion et deviennent la principale activité, pour lui ce fut la photographie et la gravure. Il devient Membre de la SSAAL en 1883 avec la mention « Photographe d’Art ».

Nous le retrouvons en 1891 Président de la Société Photographique de Lille

De son vivant il a classé et inventorié plus de 10.000 cliches de photos d’art concernant son propre fonds plus les clichés de ses confrères, comme Le Blondel par exemple. Delphin Petit jouissait de son vivant d’une grande renommée nationale et internationale pour ses reproductions d’une extrème fidélité photographiques des dessins de la Renaissance en provenance de la donation Wicar, il était également maitre dans l’art de photographier les très nombreux monuments historiques de Lille et des environs.

Le 13 Septembre 1907 le Président de la SSAAL, Auguste Fauchille, juriste, prie ses collègues de bien vouloir assister en habit et cravate blanche aux obsèques de M. Delphin Petit, décédé à l’âge de 67 ans.

Il informe également les membres que Delphin PETIT avait institué, par testament, légataire universelle, la Société des Sciences de Lille. La succession se composait principalement d’immeubles : quelques propriétés à Lille, un vaste terrain à bâtir à Fives, et des bois et maisons situés en Belgique proche de la ville de Bouillon. Tout en laissant la Société des Sciences libre de faire du legs bon usage, Delphin Petit avait exprimé le désir qu’elle consacre tout ou partie de la somme à l’acquisition d’un immeuble pour y tenir ses séances, y installer sa bibliothèque et ses collections, en un mot avoir son local particulier pour être chez elle et jouir d’une parfaite indépendance.

Après déduction de divers frais de succession, notre Société hérite de 207.405,42 francs. Elle décide à l’unanimité de créer, pour perpétuer son souvenir, le Prix Delphin Petit, prix attribué à un peintre, un sculpteur, un architecte ou un graveur pour l’ensemble de son œuvre.

Vous l’imaginez bien, la vente des divers biens a pris du temps, en tout 20 ans car la guerre de 14-18 avait stoppé net la procédure. On retrouve dans nos Mémoires régulièrement des échos entre 1907-1927 concernant ce legs :

Par exemple : dans la Séance du 5 février 1909 Théodore Barrois, président pour l’année, rappelle que la réalisation des immeubles est presque entièrement terminée. En ce qui concerne les objets mobiliers hérités, la SSAAL a fait un premier choix des objets qu‘elle propose de garder (livres, meubles, argenterie, dessins, céramiques etc…); ils vont garnir la salle de réunion de la SSAAL à l’Hôtel de Ville, les livres seront marqués d’une étiquette spéciale » ; dans la Séance du 2 juillet 1909, cette fois ci sous la présidence de Hippolyte Verly, il informent ses collègues : après avoir reçu l’autorisation du Roi des Belges pour faire vendre les immeubles que notre regretté collègue possédait en Belgique, Maitre Vermer, notaire à Bouillon, procèdera à l’adjudication de ses biens le 29 juillet.

Deux ans après le décès de Delphin Petit, le mercredi 27 octobre 1909 les membres de la SSAAL sont invités à un Obit solennel (Messe anniversaire) célébré par notre Société dans l’église paroissiale Notre-Dame de Consolation pour le repos de l’âme de

Monsieur Delphin Emile Philogone Petit

Membre Titulaire et Bienfaiteur de la SSAAL

Officier de l’instruction publique

Membre de la Commission historique du département du Nord

Président de la Commission du Musée Wicar

Ancien Président de la Société photographique de Lille etc…

A l’issue de cette cérémonie on peut lire dans nos Mémoires : les membres de la SSAAL se sont rendus au Cimetière du Sud pour inaugurer sur la tombe de Delphin Petit le médaillon en bronze destiné à rappeler les traits de notre regretté collègue et insigne bienfaiteur. La maquette du médaillon est l’œuvre de notre collègue et sculpteur Edgar Boutry (1857-1938), lillois, Grand Prix de Rome (1887). La SSAAL avait fait exécuter par la Maison Christofle deux médaillons en bronze, celui inauguré sur la stèle et l’autre destiné à la salle des séances à l’Hôtel de Ville.

Le premier Prix Delphin Petit sera décerné en 1910 « au vieux maître Harpignies », d’une valeur de 1.500 francs. (Le peintre Henri Harpignies né en 1819 à Valenciennes décèdera dans l’Yonne en 1916).