Archives de l’auteur : admin

Vendredi 20 mai à 17 heures : Influence de l’art africain sur l’art contemporain, par le Pr Claude Thery

Au début du XXème siècle la découverte des arts primitifs – d’Afrique noire en particulier – a bouleversé en profondeur les jeunes artistes.
Alors que, depuis le siècle de Périclès (avec Phidias, Praxitèle …) la ressemblance, copie plus ou moins idéalisée de la nature, était la règle, ils ont soudain découvert des œuvres totalement dépourvues de contraintes, des œuvres irrationnelles, amphétaminées qui ont cassé un système de références qui existait depuis 2500 ans. Alors que jusque-là, le figuratif régnait en maître, ils ont été soudain désinhibés, osant faire des choses qu’ils n’auraient jamais imaginées. Le cubisme, les déformations et l’abstraction ont succédé au figuratif.
Ces jeunes artistes s’appelaient Vlaminck, Picasso, Modigliani, Derain, Matisse puis Giacometti, Miro, Brancusi, et ce choc continue à influencer les artistes actuels comme le bruit assourdi d’une déflagration lointaine.

masque_fang_(2)Exemples :modigliani 1

 

 

Modigliani s’est inspiré des masques Fang (Gabon).

Noter les yeux vides, l’allongement du visage et du nez.

Ces déformations s’observent également dans ses sculptures.

 

 

picasso 1Gardien de reliquaire Mahongwe du Gabon

 

Peut-être aussi une certaine relation entre le gardien de reliquaire Mahongwe du Gabon et cette sculpture de Picasso ?

Le Mahongwe est à gauche, le Picasso à droite.

masque_pende de RDCpicasso 2

 

 

De même en peinture, à gauche le masque Pendé (République Démocratique du Congo, ex Congo Belge) versus à droite le détail des Demoiselles d’Avignon.

Frédéric Kuhlmann

DANS LA FAMILLE KUHLMANN, JE DEMANDE LE PERE :

FREDERIC KUHLMANN, SCIENTIFIQUE ET INDUSTRIEL

Il a réalisé son rêve : voir réaliser son buste en 1870 par l’un des plus célèbres sculpteurs, Albert-Ernest Carrier-Belleuse (exposé au Palais des Beaux-Arts de Lille). Qui était Kuhlmann, cet alsacien né à Colmar, en 1803 : Chercheur universitaire, chimiste ou industriel ? ou Co-fondateur du Crédit du Nord, Fondateur de l’Ecole Centrale de Lille, Président de la Chambre de Commerce , Conseiller général du canton Lille Nord-est, Président de la Monnaie de Lille ? Tout cela à la fois. Et c’est à Lille qu’il a commencé sa longue carrière, nommé professeur pour le cours public de chimie, qui venait d’être fondé. Le jeune Frédéric a alors tout juste vingt ans. Il achève son enseignement en 1854 (son successeur n’étant autre que Louis Pasteur). Quant au chimiste, il fonde sa première usine à Loos-lez-Lille en 1826, où il produit d’abord de l’acide sulfurique utilisé pour blanchir les textiles. D’autres usines vont suivre à La Madeleine et à Saint André pour décolorer les fibres, pour produire engrais et colorants. L’homme est un touche-à-tout : il se fait architecte dessinant les plans et construisant des chambres de plomb, des fours à potasse, des raffineries de noir animal. Et lorsqu’en 1853 la chambre de Commerce de Lille organise une réception en présence de Napoléon III, c’est naturellement lui qui fait le discours, offrant à Sa Majesté deux médailles en or frappées à la Monnaie de Lille, ainsi qu’une truelle en or, avec l’espoir que l’Empereur posera la première pierre du monument dédié à son aïeul, Napoléon 1er, dans la cour de la Vieille Bourse (1).

Notre industriel fut évidemment membre (1824) et à 4 reprises Président de la SSAAL : 1836-1840-1859 et une dernière fois en 1873, il est alors aussi le doyen de la Société. Il avait  débuté ses publications dans les bulletins de la SSAAL en 1823 avec deux notes de chimie industrielle sur les eaux de lessivage et sur un quinquina propre à la teinture, il  continuera à publier régulièrement ses observations et découvertes dans les mémoires de la SSAAL, dont voici quelques exemples : en 1826, observations sur le principe colorant de la garance ; en 1829, une longue note sur l’emploi du sulfate de cuivre dans la fabrication du pain ainsi que des études sur la possibilité d’élever des vers à soie dans le Nord, soit en introduisant la culture du mûrier, soit au moyen de feuilles de scorsonères (herbacée voisine du salsifis) ; en 1853, il fait part à la Société de ses recherches sur la silicatisation des pierres servant aux constructions. Commençant alors à faire passer dans la pratique les résultats de plusieurs années d’études sur les silicates solubles, en 1861 il parle de la substitution de sels de baryte aux sels de potasse dans la teinture et l’impression sur étoffe. Son fils Fréderic rejoint la compagnie en 1863, poursuivant dans les Mémoires de la SSAAL les publications sur les recherches menées dans l’établissement Kuhlmann.

Kuhlmann père a partagé pendant plus de 50 ans l’histoire de la SSAAL. Cette longévité lui a permis d’assister aux évolutions interne de la SSAAL : il a connu l’époque des « Amateurs des Sciences et des Arts à son entrée en 1824, il a participé aux changements en 1829 en « Société Royale des Sciences, de l’Agriculture et des Arts », avant qu’elle ne devienne en 1851 « Société Impériale » et finalement SSAAL. Les deux Fréderic K, père et fils vont mourir à quelques mois d’intervalle, le 1ier le 27 janvier 1881, le 2nd le 2 août 1881. Chaque année depuis 1882, la SSAAL décerne Le Prix Kuhlmann à une personnalité scientifique, sélectionnée selon les critères imposés par le donateur, F. Kuhlmann, pour des « découvertes ou travaux concernant l’avancement des sciences ou leur application accomplis dans le département du Nord.

Le petit-fils, Edouard Agache-Kuhlman, sera également Président de la SSAAL en 1902.

Kuhlmann, père et fils

  • La pose de la première pierre du monument dédié à l’Empereur Napoléon Ier au centre de la cour de la Vieille Bourse eut lieu le dimanche 9 octobre 1853. Officiaient devant une assemblée d’officiels : Frédéric Kuhlmann, président de la Chambre de Commerce de Lille et le Délégué de Sa Majesté l’Empereur Napoléon III, le Sénateur Dumas. Le Sénateur tenait en main une truelle en argent, confectionnée spécialement pour la cérémonie. L’immense statue de bronze, commande de la Chambre de Commerce, à pour but de « rappeler à la postérité la plus reculée, la part que l’Empire a prise au développement de l’industrie française, de rappeler notamment les mémorables décrets qui ont servi de berceau à l’industrie du sucre de betterave et de la filature mécanique du lin… ». La chose fut bien comprise par le sculpteur du nord, Henri Lemaire, qui créa un Empereur de 5 mètres de haut, en costume impérial, tenant d’une main le sceptre et étendant l’autre sur les attributs de l’industrie posés à ses pieds (soit une belle grosse plante de betterave et une botte de lin, attributs assez surprenants pour cette statue toute en majesté). Ajoutons pour la petite histoire, que les bronzes de la statue de l’Empereur proviennent de canons pris à l’ennemi au cours de la bataille d’Austerlitz, donnés à la ville de Lille par Napoléon 1er. La sculpture a intégré le Palais des Beaux Arts de Lille en 1976.

Dans son discours du 11 décembre 1881, lors de la Séance Solennelle, J Gosselet, (Président de la SSAAL) et A. de Norguet (Secrétaire de la SSAAL) évoquent les disparitions de Kuhlmann père et fils : « Avant de mourir, comme s’il eût prévu le nouveau malheur qui allait frapper sa famille et éteindre son nom, Kuhlmann père voulut le perpétuer parmi nous. Il nous légua une somme de 50.000 francs pour la fondation de deux prix, destinés à récompenser chaque année les meilleurs travaux scientifiques accomplis dans le département. Il serait trop long de citer ici tous les mémoires que F. Kuhlmann père fit insérer dans les publications de la Société. Il a pris soin dans les dernières années de sa vie de réunir en un volume-recueil tous les travaux ; sur soixante Mémoires environ plus de deux tiers avaient d’abord paru dans nos volumes. Monsieur Kuhlmann fils, comme son père, nous entretint souvent de chimie industrielle ; ses communications principales eurent pour objet les sels de thallium, les procédés de fabrication de l’acide nitrique, le tirage des cheminées d’usine. Il nous racontera ses voyages aux solfatares de la Sicile et aux Mines de Norvège et celui qu’il fit aux Etats-Unis comme membre du jury français à l’Exposition de Philadelphie ».

Louis Blanquart-Evrard

COUP DE CŒUR POUR LOUIS BLANQUART-EVRARD

Parcourant rapidement un livre sur l’histoire de la photographie, on se dit « mais… ! c’est un gars de chez nous !».

De fait, les éminents spécialistes, américains en particulier, parlent avec tant d’éloges de notre compatriote ! Eloges mérités, car notre Louis Blanquart-Evrard est bien l’inventeur du négatif sur papier. Remettons-nous à l’époque. Nous sommes en 1847 au tout début de la photographie où on travaillait encore sur plaques de métal, système compliqué et fragile, réservé à un petit nombre d’initiés. Et voila, subitement que Blanquart révolutionne ce petit monde et en fait un peu le père de la photo moderne (jusqu’à l’apparition récente de la photo numérique).

Qui est donc cet homme du nord, peut être plus célèbre aux Etats Unis qu’en France ?  Né à Lille en 1802, ce jeune homme doué pour les arts, se consacre avec passion à l’étude de la photographie sur papier, science alors inexplorée. Il travaille avec Kulhmann dans le laboratoire de l’Ecole de Chimie de Lille depuis 1826 où il remplit les fonctions de préparateur et s’initie à la chimie. Il a 37 ans lors de l’invention du daguerréotype, premier appareil photo permettant enfin de fixer l’image sur une plaque de métal argenté. Mais les progrès vont bon train : d’abord l’anglais Talbot crée la calotypie (photographie négative sur papier, 1841), mais c’est notre Blanquart qui met au point la méthode pour accroître la précision de l’image et l’éventail des tons. Et surtout, il a l’excellente initiative d’ouvrir en 1850 une imprimerie photographique à Loos-lez-Lille où il fait imprimer en peu d’années 23 volumes de photographies réalisées par les plus grands photographes français de l’époque. Notre précurseur ne se doute pas que ces remarquables albums deviendront plus tard des pièces de musée, convoités par les plus grands collectionneurs. Il disparaitra en 1872.

Il avait  fait en 1847 la description de ses « Procédés employés pour obtenir les épreuves de photographie sur papier » devant l’Académie des Sciences à Paris qui l’avait accueillit avec beaucoup de faveur  et imprimés ses découvertes in extenso dans les compte-rendu (XXIV, Page 46/117/653, année 1847). « Une commission composé de membres choisis dans le sein de l’Académie des Sciences et dans celui de l’Académie des Beaux Arts  étudia elle même les procédés d’exécution de notre lillois pour confirmer la parfaite efficacité en déclarant qu’ils étaient supérieurs à tout ce qu’elle avait vu jusqu’alors en ce genre  et conclut en ces termes : M. Blanquart Evrard mérite les éloges et les encouragement de l’Académie. ». (cf. Discours prononcé sur la tombe de M. Blanquart-Evrard le 28 avril 1872 par M. Corenwinder Président de la SSAAL). 

On imagine mal aujourd’hui l’impact qu’eurent les publications de notre lillois au milieu du XIX° siècle : pour la première fois l’homme de la rue voyait des photos prises par les voyageurs et explorateurs. Les récits de leurs aventures lointaines mises ainsi en images permettaient au public de voir enfin les pyramides d’Egypte, la Palestine, la Syrie, ou bien les Pyrénées, les bords du Rhin, les Monuments de Paris, la Belgique, les Art Religieux, Architecturaux, la Sculpture, la Peinture… ». La curiosité et le goût des voyages s’emparent alors de bons nombres de lecteurs. Il n’est pas étonnant alors que Blanquart rafle de nombreux prix dont celui en 1853 de New York pour l’ensemble de ses travaux. Lors de l’Exposition Universelle Industriel en 1855 à Paris à deux pas des Champs Elysées,  le public a littéralement «  dévoré » les  17 volumes des publications de l’imprimerie photographique de Lille, dont 12 volumes d’ouvrages édités par l’exposant lit-on dans les pages du catalogue d’exposition. Blanquart lui-même a donné dans une lettre adressé aux organisateurs de l’exposition quelques précieux renseignements sur son art : «  A côté de la photographie des amateurs, il y a l’art d’imprimer par la photographie. Je me présente à l’exposition comme imprimeur-photographe, afin de prouver que cet art nouveau n’est pas une fiction, mais une réalité bien positive, et, qu’aux moyens d’impression déjà connus il faut ajouter un moyen de plus. Je me présente en outre à l’exposition pour faire constater que cet art nouveau et sans précédent est déduit de mes travaux personnels sur la photographie. Je viens donc vous prier de vouloir bien  ne pas laisser classer mon exposition dans la catégorie de la photographie, mais de faire admettre les 17 volumes qui composent la partie éditée jusqu’ici de mes publications parmi les produits de l’imprimerie et comme nouveau mode d’impression. »1*

Il n’est pas étonnant alors que Blanquart rafle de nombreux prix dont en 1853 celui de New York pour l’ensemble de ses travaux. Parmi ceux qui l’ont récompensé,  figure bien sûr la SSAAL : dès 1851 il en est proclamé lauréat et reçoit une médaille d’or pour ses travaux de photographie des mains du Président, Pierre Legrand.  Un an plus tard il est nommé membre puis en 1871 Président à son tour Président à son tour. Il fera de très nombreuses publications dans les Mémoires de la SSAAL dont « La Photographie, ses origines, ses progrès, ses transformations » ; les 46 pages de son exposé sont abandonnement  illustrées d’épreuves de paysages, de photos prises dans les musées,  de portraits de couples, de scènes champêtres… (Mémoires SSAAL  1869). A la même époque, Blanquart fait un don au Musée Industriel de Lille consistant en une série d’épreuves dont l’ensemble constitue un traité historique et pratiques de l’art de la photographie depuis la plaque miroitante de Daguerre jusqu’aux épreuves tirées sous la presse ou incrustée dans l’émail. (ajoutons que Blanquart était un peintre miniature sur ivoire et émail, technique dans laquelle il excellait). 

Il aimait les Beaux-Arts et les artistes, pour preuve sa proposition faite dans la séance du 18 février 1870 :  » Considérant que les Membres de la Société qui s’occupent de sciences, d’histoire ou de littérature, trouvent dans  l’insertion de leurs travaux dans les Mémoires de la Société un moyen de publicité qui manque, jusqu’ici, aux Membres qui se livrent à la pratique des Beaux-Arts ; 

«  Qu’il importe de compenser autant que possible pour ces derniers cette inégalité, en leur fournissant par l’exposition ou l’audition de leurs œuvres, les moyens de les faire connaitre, sinon au public, au moins à leurs collègues.

La Société prend la décision suivante :

Il sera établi dans la salle de ses séances un ou deux chevalets permanents, destinés à recevoir les dessins ou tableaux, et plans d’architecte exécutés par les membres de la Société qui désireraient les soumettre à son appréciation.

Lorsqu’il y aura lieu, dans l’intérêt de l’illustration de la Société ou de la réputation de leurs auteurs, ces ouvrages reproduits par la gravure à l’eau-forte, la lithographie, la photographie ou la photogravure seront publié dans les Mémoires avec une notice. » 

Conscient de l’importance de son invention, Blanquart-Evrard,  avait déjà déposé le 6 septembre 1851 à la Bibliothèque Nationale de France les premières feuilles d’une abondante production, aussitôt suivi par beaucoup d’autres photographes, ainsi est né le dépôt légal pour les auteurs et éditeurs de photographie, celui de l’estampe existant depuis 1642.  

Ici, Louis Blanquart-Evrard se remettant de ses travaux…

1* Ajoutons pour la petite histoire que  l’Exposition Industrielle Universelle de 1855 a donné l’idée à deux membres de la SSAAL, MM. Auguste-Napoléon Gosselet, médecin (1852), et M. Charles Bachy, agronome (1844) de créer à Lille un Musée industriel. Parcourant à Paris  les allées des stands, ils ont trouvé nombre d’exposants, anglais, allemands, français… disposés à leur céder gratuitement dès la fermeture de l’exposition leurs pièces exposées.  L’exploit est détaillé dans la séance du 19 décembre 1856 (Mémoire de 1857).

Vera DUPUIS

 

Cycle « Quand les scientifiques observent le sexe », conférence le 24 février à 18 heures, à l’amphi Cassin de la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales, 1 Place Deliot, Lille

https://www.canal-u.tv/video/universite_lille_2/2015_cerveau_sexe_et_prejuges.20840« Cerveau, Sexe et Préjugés » par Catherine Vidal, Directrice de Recherche à l’Institut Pasteur de Paris

Cycle « Quand les scientifiques observent le sexe », conférence le 2 décembre à 18 heures, Amphithéatre E31 de la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et Sociales, 1 Place Deliot, Lille

« Sexe, diversité, innovation » par Pierre-Henri Gouyon, Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, à l’AgroParisTech, à l’ENS et à Sciences Po. L’annonce est .

Assemblée générale de la SSAAL, le 23 janvier 2015

Assemblée générale et conférence de Pierre Formstecher sur l’état des recherches en biologie et thérapie cellulaire.

L’Assemblée Générale commence par l’accueil du Président qui remet son rapport moral aux présents. Puis il rend hommage à Henri Petit disparu en 2014. Il accueille les nouveaux membres, fait état des diverses activités de la Société en regrettant la suspension pour 2015 des Conférences de Printemps pour raisons de financement, rappelle les Prix 2013 décernés lors de la séance solennelle de 2014, pose la question des locaux et cite le site.

Le Trésorier remet et commente le bilan financier de l’année écoulée auquel manque encore une partie des subventions.

Ces rapports sont approuvés. Le Bureau actuel est reconduit.

Après discussion, la SSAAL retient à l’unanimité pour ses Prix 2014, les lauréats proposés par ses Commissions « Sciences » et « Lettres et Arts ». Il sont ICI !
Ces Prix seront remis à la Séance Solennelle du samedi 17 octobre 2015 à 10 heures.

(NB La signification et l’origine de la plupart de ces Prix est rappelée ).

Puis la parole est donnée au Pr Pierre Formstecher qui expose différents aspects, parfois spectaculaires, toujours intéressants des développements modernes de la bioluminescence où se bousculent les Nobel de 1913 à 2014 avec des applications qui laissent tantôt songeur tantôt songeur.