HOMMAGE A JEAN-CLAUDE MALGLOIRE

Jean Claude Malgoire nous a quittés subitement le 14 avril. Ça a été évidemment un choc énorme pour sa famille, pour tous ceux qui le connaissaient, en particulier les musiciens de la Grande Écurie et la Chambre du Roy, pour toutes les personnes impliquées dans le bon fonctionnement de l’Atelier Lyrique de Tourcoing, pour le monde musical en général et pour tous ceux, très nombreux, qui l’avaient beaucoup aimé en tant que musicien et en tant qu’homme.

Jean Claude Malgoire avait commencé sa carrière comme hautboïste et cor anglais. Il avait joué au sein de l’orchestre de Paris sous la direction des plus grands chefs d’orchestre, Munch, Solti, Barenboïm, Klemperer, Ozawa, Bernstein, et Karajan. Celui-ci le considérait  comme le meilleur hautboïste de l’époque.

Il a été le premier français à s’interroger sur l’interprétation des œuvres musicales des XVIIème et XVIIIème siècle jouées sur des instruments modernes. Ceci l’a amené en 1966 à créer un orchestre, La Grande Écurie et la Chambre du Roy, 1er orchestre français utilisant des instruments anciens. C’est lui aussi qui a fait redécouvrir la musique française de cette époque, Rameau, Lully, jugée alors comme musique facile. Alceste reste un succès majeur dans sa carrière.

En 1981, il crée l’Atelier Lyrique de Tourcoing, une chance énorme pour nous, dans la Région. Cette structure a permis à de nombreuses personnes de découvrir des opéras de qualité dans un contexte différent de l’opéra de Lille. Il en fait un laboratoire d’épanouissement de toutes les créations. Il programme non seulement Monteverdi et la trilogie Mozart/Da Ponte mais aussi des œuvres contemporaines.

La Grande Écurie et la Chambre du Roy s’est produite dans les endroits les plus prestigieux (Théâtre des Champs Elysées, Invalides, Chapelle Royale de Versailles) mais aussi dans des sites plus insolites comme le stade couvert de Liévin lors de la Cérémonie commémorative de la catastrophe minière de Courrières qui a été un moment d’émotion inoubliable pour ceux qui ont pu y assister. 

Depuis plus de 50 ans cet ensemble original compte plus de 5000 concerts sur les 5 continents, et plus de 150 enregistrements.

Jean Claude Malgoire était un découvreur de talents : Dominique Visse, Véronique Gens, Philippe Jaroussky, et plus récemment Sabine Devieilhe, des chanteurs qui malgré leur succès lui sont restés fidèles.

Il faisait confiance aussi aux musiciens amateurs. C’est ainsi que le Chœur Régional Nord Pas de Calais maintenant Chœur des Hauts de France a pu donner plus de 100 concerts sous sa direction, avec des œuvres majeures comme le Messie de Haendel, les Passions de Bach ….

.

En dehors du musicien, l’Homme était remarquable par son urbanité, son alacrité, son rapport avec les autres, sa faculté de partager simplement son savoir. C’était un conteur et on avait du bonheur à l’écouter parler. C’était un chef d’orchestre qui accueillait son public dans le hall d’entrée les soirs de concert.

La Société des Sciences, de l’Agriculture et des Arts lui avait remis le grand prix des Arts Delphin Petit en 2016. Il en avait été très flatté et heureux de venir le recevoir. Nous avions pu à cette occasion mesurer sa faconde provençale. 

Il avait accepté, malgré un emploi du temps très chargé, de clore le cycle de conférences organisé sur le thème « Musique et Cerveau ». Cette occasion aurait été une façon assez unique de comparer les points de vue des scientifiques et celui d’un très grand musicien.

La Société des Sciences de l’Agriculture et des Arts présente ses condoléances à toute sa famille et en particulier à Renée, son épouse qui l’a énormément secondé ainsi qu’à tous ceux qui l’ont entouré tout au long de sa vie. 

Jean Claude BEAUVILLAIN

Vice-Président de la SSAAL